Le chien et le destin

(…) Un chien arrive, il est 7h30. Il trottine un moment autour de la terrasse, se faufile, plein de zèle, entre les tables. Il évoque irrésistiblement un garçon de café. Mais il a de la classe. Les chiens en ont souvent. (…)

Et puis il saute sur une table et flaire la limonade. Mais il découvre une nuit de samedi.Ca pue la nuit du samedi. Vomi sur le gravier. Bouts de cigares et odeurs d’hommes. Il s’en va.

(…)

Stig Dagerman, in Notre Plage Nocturne, Maurice Nadeau, p. 7

Publicités

About this entry